Bienvenue : Visiteur anonyme
Se connecter  |  Créer un compte

randonnée gps en Seine et Marne

Agrandir la carte >>>>>   

Circuits de randonnée à proximité du point rouge

seine-et-marne : le TOP50 des circuits Gps les plus téléchargés

seine-et-marne : tous les circuits de randonnée du département

Randonnée pédestre avec trace gps en seine-et-marne.
Utiliser votre gps de randonnée en seine-et-marne

Dist. à plat:9.8Km Durée estimée :02:41 Hrs
[0] 

BUTTE SAINT LOUIS - LES VIEUX RAYONS

Départ randonnée : Départ carrefour des Longues Vallées, sur la route Ronde au pied de la Grande Côte.
Butte Saint Louis- Les Vieux Rayons  .

Nous prenons le sentier bleu partant route de Solférino qui se trouve en oblique de la route goudronnée de Chailly à Samois parcelle 212.
Le sentier tourne à droite pour serpenter à plat dans des rochers moussus avec de vieux hêtres et des houx, nous rejoignons la route goudronnée de Chailly à Samois que nous prenons à gauche puis la première à gauche la route stabilisée des Vieux Rayons(1).

Après avoir passé la route du Lancer(2) nous rencontrons sur la gauche la mare aux cerfs avec ses cyprès chauves(3).
Prenons à droite la route des Bécassières(4) .
Puis la route de Solférino au carrefour des Vieux Rayons.
Nous prenons à gauche la Route du Marchais d’Artois [Ouverte par arrêt du 19 décembre 1724] puis nous prenons à gauche la route de Chailly à Samois.

Nous traversons la D 606 et continuons la même route au carrefour des Ventes Bouchard prendre le sentier bleu sur la droite.
Nous arrivons dans la zone rocheuse du Petit Mont, on laisse sur la gauche une branche du sentier bleu en provenance de Bois le Roi et continuons notre itinéraire vers la Butte Saint Louis.

Après avoir traversé deux routes, nous montons ; monter, n’est pas le mot, grimpons est plus juste cette Butte Calcaire.
Pour voir la voûte, de la Butte saint Louis(5). (Le sentier passe au milieu de l’ancien ermitage on aperçoit un reste de rectangle de pierres), il faut quitter le sentier et faire le tour coté sud pour voir la voute et coté nord il y a un trou rectangulaire entièrement pavé d’une certaine profondeur appelé le frigidaire des moines.La descente est aussi rude que la monté nous retraversons la D606 et remontons en face une autre butte calcaire faisant partie du mont saint Germain, nous sommes toujours sur le sentier bleu N° 12.

Nous suivons la crête. Ce lieu est plus ou moins historique(6).
Ensuite nous suivons la ligne de coupe d’une carrière de grès(7).
Nous coupons la route pavée se nomment route du Pavée de la Cave(8).
Puis nous arrivons à la table du Grand Maître(9).

Il y a quelques années le sentier bleu traversait la route ronde juste en haut de la côte et continuait en face jusqu’au Rocher Canon mais l’itinéraire est devenu dangereux.
Cette route est devenue le périphérique de Fontainebleau (relie la D606 qui traverse Fontainebleau à la 607 qui ne rentre pas en ville) les derniers aménagements, deux voies dans la monté pour que les voitures puissent doubler les camions font, qu’avec le manque de visibilité, cette route est devenue dangereuse pour les piétons.
Suivons le sentier bleu qui prend sur la droite et descend vers la route des longues vallées prendre cette dernière sur la gauche et nous arrivons au parking des voitures.

Lexique

(1) Les Vieux Rayons
: C’est une technique de plantation mis en place par les forestiers utilisant une charrue.
Les arbes sont alignés, la méthode était utilisée dans les vieux peuplements ne permettant plus une implantation par semencier naturel.

(2) la route du Lancer : Terme de vénerie: action de lancer l'animal

(3) La mare aux cerfs : En cette fin d'hiver : mars 2010, je fais un constat affligeant .
La mare aux cerfs en forêt de Fontainebleau se meurt.... Le niveau de l'eau a baissé de 90 % en 2 ans et demi.
J'ai connu cette mare remplie d'une eau sombre, d'un noir profond. Poissons (perche soleil) et autres bestioles se donnaient rendez-vous dans ce petit bassin.
Aujourd'hui, le simple filet d'eau tiendra t'il suffisamment longtemps pour permettre la reproduction des batraciens, jusqu'à la sortie des crapelets et autres petits sauteurs.
Je laisse à l’auteur de ce texte la responsabilité sur la présence des poissons.
Je n’en ai jamais vu, la mare n’étant relier à aucune eau courante s’il y avait des poissons, ils ont été déposés par quelqu’un.

Le Cyprès chauve ou Cyprès de Louisiane : (Taxodium distichum) et Cipre en français de Louisiane, est un arbre de la famille des Taxodiaceae originaire du sud-est des États-Unis.
C'est une espèce remarquable par son adaptation aux milieux humides.
Le cyprès chauve est un grand arbre pouvant atteindre 30 à 50 mètres de haut pour un diamètre de tronc de 2 mètres.
L'arbre vit de 300 à 500 ans.
Le feuillage léger, gracieux et souple est formé de feuilles claires, aplaties et aciculaires, disposées en spirales sur les rameaux mais tordues à leur base, ce qui les fait paraître disposées en deux rangs aplatis.
Elles mesurent de 1 à 1,6 cm de long sur 1 à 2 mm de large.
Elles sont caduques, tombant à la mauvaise saison.
Ce dernier caractère est à l'origine du nom de cyprès « chauve ».
Les cyprès chauves vivant dans les marais se distinguent par la croissance de racines aériennes particulières, les pneumatophores.
Ces organes lignifiés, qui peuvent atteindre 1,7 m de haut, émergent du sol ou de l'eau tout autour du tronc.
Leur fonction semble être doubles.
D'une part ils assurent la fourniture en dioxygène du système racinaire immergé qui risquerait sans cela l'anoxie ; d'autre part ils permettent une meilleure stabilisation et un meilleur ancrage de l'arbre dans le sol très souvent imbibé d'eau.

(4) la route des Bécassières : La Bécassière est lieu de queste quand l'assemblée pour la chasse à courre est à Chailly.
Bécassière : lieu où l'on chasse les bécasses.

(5) Butte Saint Louis : [C'est sur ce mont que s'élevait la chapelle Saint-Louis, les ruines de ce monument, qui dépassent à peine le sol.
Le 22 janvier 1264, le roi Louis IX chassait dans la forêt de Bière (ancien nom de la foret de Fontainebleau) ; il s'égara à la poursuite du cerf et pour appeler ses gens il gravit le mont le plus proche et se mit à sonner de son huchet. Ses officiers l'entendirent et vinrent aussitôt le retrouver. Pour un prince aussi dévôt, cette aventure, si simple qu'elle fût, supposait une intervention particulière de Dieu en sa faveur ; aussi louis IX fit-il le vœux d'élever, à l'endroit même où ses gens l'avaient rencontré, une chapelle sous l'invocation du saint du jour, qui se trouvait être saint Vincent.
Telle est l'origine de la chapelle de Saint-Vincent du Mont-Ouy près de laquelle on disposa le logement du prêtre chargé de la desservir.
Après la canonisation du roi, en 1297, la chapelle fut dédiée au nouveau saint, à Saint Louis, et pour compléter son nom on ajouta en beau lieu.]
 A ces données fournies par l'histoire, la légende a ajouté quelques traits.
[Ainsi, ce fut une tradition à Fontainebleau que le roi, non seulement se trouvait égaré, mais encore qu'une nombreuse troupe de brigands, de voleurs, s'était attachée à ses pas. Puis pour expliquer leur déconvenue, il fallut que le huchet du roi eût des propriétés merveilleuses : ce fut le cor d'Astolphe, duc d'Angleterre, retrouvé en Palestine et baillé au roi par un ermite centenaire, avec un discours dont nous faisons grâce au lecteur. Saint-Louis se rattachait ainsi au cycle d'Artus de Bretagne, à l'enchanteur Merlin.
Pour l'entretien du chapelain, le roi dota la fondation de deux muids deux setiers de froment, à prendre sur le domaine royal de Melun.
En 1610 l'ermite, qui était alors un sieur de Marigny, ancien prévôt des maréchaux en Bourgogne, y fut assassiné.
C'est alors, d'après Dorvet, que la chapelle fut donnée, avec ses revenus, aux religieux Trinitaires de Fontainebleau.
Sous cette forme, le renseignement n'est peut-être pas exact.

Le prieuré est resté à la collation du roi, qui y nommait celui qu'il voulait.
Mais son choix se portait toujours sur un des religieux du couvent de Fontainebleau.
Les aumônes étaient abondantes, car le concours du peuple était considérable.
-Il y a grande dévotion en ce lieu, dit le P. Dan, particulièrement le jour de la fête de St Louis, où dès la veille jusques au lendemain on y vient en pèlerinage de dix à douze lieues ès environs, et s'y trouve quelquefois plus de trois ou quatre mille personnes.
Dans les premiers jours de juin 1699 l'ermite de Saint-Louis était trouvé assassiné.
D'autres crimes, moins graves dans leurs conséquences, furent commis dans la chapelle ou dans ses environs.
François Ménard, de Bois-le-Roi, en 1646, est condamné à être traîné sur une claie et pendu par les pieds pour s'être défait dans la chapelle (Domet).
Hérissé attaque au bas de la butte un marchand de Fontainebleau, Nicolas Pauly, porteur de 18 écus, qui est sauvé par trois passants : cela se passait le 23 mai 1699, quelques jours avant l'assassinat de l'ermite (Dorvet).
Hérissé fut arrêté, condamné et pendu.
La démolition de l'ermitage entraîna la suppression du pèlerinage et de la fête solennelle de Saint-Louis.
Celle -ci n'a été reprise par la ville de Fontainebleau, comme fête patronale, que sous Napoléon III.]

(6) il subsiste sur le plateau calcaire des tranchées d’entrainement pour les poilus de la guerre de 1914-1918 il y a une trentaine d’année elles étaient un peu plus visible, un œil perspicace peu encore deviner une ligne sinueuse et des trous d’hommes.

(7) Carrière de Grès : Dans un paysage dont il est difficile aujourd’hui d’imaginer qu’il fut lunaire, où la végétation n’avait pas encore pris place, les entrepreneurs occupaient 10 à 15 ouvriers carriers, répartis en batteries de 4 compagnons.
Les compagnons carriers enlevaient d’abord la végétation au dessus du front de taille, puis décapaient le sol afin de préparer le plan de chute.
La première phase de l’exploitation consistait à l’abattage d’un bloc, le plus important possible.
Des coins en fer étaient disposés en ligne dans des mortaises appelées aussi "boites à coins" sur le dessus de la platière, permettant de détacher des blocs de 200, 300 voir 400 tonnes.
Dans une partie de la carrière appelée « atelier », les carriers débitaient les gros blocs en blocs plus petits jusqu’à atteindre la dimension d’un pavé.
Les écales formées par les grès sont les déchets restés sur place.
c'est ce que nous voyons aujourd'hui sous les buttes un empilement de reste de pavés recouvert par la végétation.
Le chemin entre deux buttes 'l'atelier' Ces écales étaient utilisées pour former un chemin, créer un quai de chargement des pavés rangés dans des charrettes tirées par des chevaux.
Le rythme de production était de 6 pavés par carrier et par heure, durant une journée de 12 heures.
Si cela vous intéresse je vous invite à lire le blog d’où vient l'extrait du texte si dessus.
Les carrièrs à Fontainebleau.
Les Amis de Moret et de sa Région (lesamisdemoret.fr)

(8) Pavée de la Cave : Route pavée par les carriers pour conduire leurs pavés de grès au port de la Cave.
Ce port était situé sur les bords de Seine dans le bas de Bois le Roi.
ont trouve sur la carte en bordure de Seine vers l'écluse les noms de deux quartiers s'appelant : la cave et les grès.

(9) la table du Grand Maître [ Le carrefour de la Table du Grand-Maître aurait été, le 21 avril 1814, le théâtre d'une scène émouvante qu'Alexis Durand raconte en ces termes : «Ce point avait été occupé par un régiment réduit à une centaine d'hommes commandés par un capitaine décoré.
Ce vieux soldat voyait avec rage son bataillon se décimer par les congés de contrebande : prières, larmes, supplications, il avait tout employé inutilement pour retenir ses enfants ; c'est ainsi qu'il les appelait.
Informé de ce qui se passait, il avait fait recueillir et garder les armes abandonnées et attendait qu'on le dirigeât, lui et les siens, vers une garnison quelconque, lorsqu'il reçut l'ordre de se démettre de son commandement et de se présenter, le 21 avril, à l'état-major, au Palais de Fontainebleau.
«Edifié déjà sur le machiavélisme du nouveau pouvoir et se méfiant à bon droit de la missive et du messager, cet officier répondit qu'avant la fin du jour il aurait obéi. Faisant aussitôt former le cercle à ses soldats, il leur fait entrevoir de quoi il s'agissait, leur tint un discours qui leur fit à tous répandre des larmes.
Après quoi, s'emparant du drapeau, il le fait flotter une dernière fois sur le front de ses braves, puis il le détache de sa hampe, le pose sur la table de pierre, le couvre de poudre à canon et, au roulement des tambours, lance un tison enflammé qui le réduit en cendres.
« Chaque assistant prend un peu de ces cendres, les mêle avec du vin et bientôt il ne reste plus trace de l'étendard sacré que l'étranger ne pourra profaner...« Telle fut la communion militaire qui eut lieu dans la forêt de Fontainebleau le 21 avril 1814, scène que nous avons essayé de peindre dans l'un de nos poèmes et qu'après nous d'autre historiens ont également racontée avec plus ou moins de développement.» Ce qui frappe dans ce récit, c'est qu'il fourmille d'invraisemblances et d'inexactitudes.
La petite armée que Napoléon avait conservée autour de lui n'était pas désorganisée au point qu'un régiment pût être réduit à une centaine d'hommes commandés par un capitaine.
Les congés plus ou moins réguliers n'ont été délivrés qu'après le départ de l'empereur.
Jusqu'au dernier moment on a cru qu'on allait marcher sur Paris ; une partie du corps de Marmont s'était même avancée, sans ordres, jusqu'à l’Essonnes.

Passons sur l'incorrection de la manœuvre qui froissera tous les militaires : le drapeau présenté à une troupe formée en cercle.
Mais que penser de ce brave capitaine, édifié dès le 21 avril 1814 sur le machiavélisme du nouveau gouvernement ? Pourquoi s'inquiète-t-il de l'ordre qu'il reçoit ? Rien ne peut lui faire croire que les drapeaux tricolores vont être livrés à l'ennemi, et les drapeaux blancs ne sont pas encore prêts à les remplacer.
Pour faire accepter tout cela, il aurait fallu qu'Alexis Durand nous donnât le numéro du régiment en question.
A défaut de ce renseignement qui aurait permis le contrôle, son récit ne peut être considéré que comme une fable, un sujet de discours bon à mettre en vers...français.
C'est aussi la conclusion de M.le commandant Bellanger, qui, à ma demande, a bien voulu faire une enquête auprès des officiers les plus compétents.
La table du Grand-Maître porte gravée la date de 1723.
C'est le Sieur de la Falluère, Grand-Maître des Eaux et des Forêts d'Ile de France qui la firent ériger après avoir fait raser un petit monticule.]

Bonne randonnée

Merci pelerin77b pour cette trace gps

Carte topographique de cette randonnée

Circuit gps de marche publié en : mars 2016
Circuit évalué pour la dernière fois en : mars 2017

Evaluer cette randonnée

Note:  2.9 / 5 (136 votes)

  [0] 

Si vous n'avez pas de Gps nous vous conseillons le GPS Garmin Etrex 20 pour faire ce circuit

Circuit précédent >>>